Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes Années Pour Devenir Infirmier

Mes Années Pour Devenir Infirmier

L'environnement et la santé ne peuvent pas fonctionner séparément. Consultez des informations sur ces thèmes !


Les Bactéries !

Publié par Damien Robinet sur 18 Septembre 2016, 11:30am

Catégories : #Sante-Maladie-Traitement

Dans notre monde, d'après la fameuse légende de la première vie sur Terre, les bactéries sont les premiers êtres vivants à avoir mis les pieds sur notre planète bleue. Bon, à vrai dire, on ne sait pas trop comment ça se fait mais en tout cas, ces petits êtres sont nombreux et il en existe tellement de différentes espèces qu'il me semblait essentiel de faire un petit article à leur sujet.

Les Bactéries !

Un organisme unicellulaire

Les bactéries sont des organismes unicellulaires dépourvus de noyau. Ils sont dit procaryotes. Leur ADN baigne dans le cytoplasme.

De la taille d'1 à 10 μm (micromètres) et ne pesant que de 10 à 12g, ils sont visible au microscope optique et électronique.

Ils sont composés à 70% d'eau et à sec à : 55% de protéines, 10% de lipides, 40% de ribosomes (20% ARN) et 3% d'ADN principalement.

Sur terre, il en existe des milliers d'espèces adaptées à tous les milieux. La plupart sont inoffensives, d'autres sont mêmes utiles à l'industrie, à la santé mais certaines sont pathogènes.

Ils existe des bactéries autotrophes (qui fabrique la matière organique à partir de matière inorganique) et hétérotrophes (qui fabrique de la matière organique à partir d'une autre matière organique vivante). Elles sont aérobie ou anaérobie (n'ayant pas besoin d'O2 pour vivre). Certaines sont mêmes mobiles et possèdent donc un ou plusieurs flagelles.

Les bactéries se présentent sous différentes formes :

  • en coques (cocci), elles sont sphériques ou ovales ;
  • en bacilles, elles sont allongées ;
  • ou spiridilles, sous forme de spirales.
Les Bactéries !Les Bactéries !

Structure

Toutes les bactéries ont en commun :

  • une paroi, constituée de peptidoglycane variant en fonction de la bactérie qui est soit gram+ (parois plus épaisse) soit gram-. Elle lui donne la forme et confère quelques propriétés.
  • une membrane, constituée d'une double couche phospholipidique et de protéines.
  • des ribosomes, constitués d'ARN et de protéines, participent à la construction de la paroi et synthétisent les protéines.
  • le chromosome : l'ADN double brin circulaire est diffus dans le cytoplasme.

Viennent s'ajouter :

  • les plasmides : ADN circulaire décroché du chromosome principale,
  • des flagelles et cils : permettant à la bactérie de se déplacer,
  • des pili : permettent les échanges génétiques entre bactéries (conjugaison) et de se fixer aux surfaces. Ce sont les récepteurs de virus bactériens,
  • une capsule : qui joue un rôle important dans le pouvoir pathogène de la bactérie. Elle lui permet d'adhérer plus facilement aux êtres vivants.

Zoom sur la paroi : cette enveloppe rigide assure l’intégrité de la bactérie, elle est responsable de sa forme et protège des variations du milieu. La partie commune à toutes les bactéries (sauf les bactéries halophiles et thermophiles) est le peptidoglycane (ou muréine), c'est l'enveloppe la plus interne.

Le peptidoglycane est un hétéropolymère formé de 3 éléments :

  • une épine dorsale alternant des chainons N-Acétyl Glucosamine et Acide N-Acétyl Muramique
  • des chaines latérales peptidiques formées d'au moins 4 aminoacides toujours fixées sur l'acide muramique. L'enchainement des aminoacides des séries D et L est une constante.
  • des ponts interpeptidiques.

Le peptidoglycane est composé de chaines glucidiques reliées les unes aux autres par des chaînons pentapeptidiques. La macromolécule réticulée tridimensionnelle est ainsi constituée et sa solidité dépend de l'importance des interconnexions. La paroi de la bactérie est ainsi une unique macromolécule. La composition variant selon l'espèce ou le groupe bactérien, il a été possible de distinguer des affinités tinctoriales différentes par la coloration de Gram : Gram+ (positif) et Gram- (négatif).

Pour que vous compreniez bien, voici quelques schémas de la structure de la paroi des bactéries :

Les Bactéries !Les Bactéries !Les Bactéries !
Les Bactéries !Les Bactéries !

L'adaptation dans le milieu

Les bactéries sont capable de vivre dans tous les milieux de notre planète et sont d'ailleurs présentes partout, sur et sous terre, en surface et au fond des océans, dans les déserts et sur les glaces, en parasites ou en commensales des autres êtres vivants. Sans elles, la plupart des espèces vivantes seraient incapable de vivre.

Elles sont capable d'utiliser tout ce qui possède des liaisons chimiques riches en énergie et ce qui contient des atomes de carbone pour vivre. Elles ont un magnifique pouvoir d'adaptation leur permettant de conquérir n'importe qu'elle surface, n'importe où, même sur les animaux. Elles sont capable de cohabiter et de coopérer avec les autres organismes vivants au fur et à mesure de leur propre évolution, de biodégrader des éléments créés par l'Homme mais aussi de résister aux antibiotiques.

La plupart des bactéries ont la capacité de vivre dans des conditions très différentes. Elles pourront créer l'enzyme qui permettra d'assimiler différentes molécules leur apportant de l'énergie au moment venu. Ainsi, il est possible pour elles d'utiliser le carbone et les divers sucres en présence d'oxygène. Dans le cas où ce dernier serait absent, elles peuvent respirer du nitrate ou du fumarate ou fermenter divers sucres. Ces métabolismes nécessitent des enzymes que les bactéries fabriqueront sans soucis. La bactérie est capable de produire n'importe quelle enzyme jusqu'au moment où l'environnement redeviendra stable. A ce moment là, elles ne garderont en mémoire que les enzymes dont elles ont besoin pour vivre.

Lorsqu'une bactérie n'arrive pas à s'adapter à son milieu pour tout type de raison (humidité, Température trop basses/haute, manque de nourriture), elle se transforme en spore (sporulation). Lorsque le milieu redevient favorable, la bactérie procède à sa germination. La spore ne se nourrit pas, ne se multiplie pas, ne produit pas de toxine, résiste à la sécheresse et survit jusqu'à 110°C. Elle se forme entre 15°C et 41°C et survit davantage en milieu huileux.

Les Bactéries !Les Bactéries !

Reproduction

Les bactéries se divisent par scissiparité. Ce mode de reproduction asexué permet à une seule bactérie de conquérir tout un territoire si les conditions lui sont favorables.

Les bactéries ont un temps de génération (temps de division) propre mais le temps des bactéries invasives est très court.

Une bactérie pathogène qui se multiplie très vite va rendre malade son hôte très rapidement et ses défenses immunitaires auront beaucoup de mal à réagir face à cette agression. L'emploi d'un antibiotique sera très utile et fortement conseillé.

Les bactéries se multiplient tant qu'elles ont la place et les ressources pour le faire (nourriture). Leur phase de reproduction se fait en quatre temps :

  • phase de latence : adaptation au milieu
  • phase de croissance exponentielle : les éléments sont réunis, la bactérie se multiplie jusqu'au moment où les ressources deviendront rares
  • phase maximale stationnaire : les bactéries n'ont plus la place et la nourriture pour se multiplier. Leur nombre ne change plus.
  • phase de décroissance : les bactéries meurent, l'espace et la nourriture sont de nouveau présents, les bactéries reviennent à la première phase.
Les Bactéries !

Résistance aux Antibiotiques

Les antibiotiques sont des médicaments utilisés pour combattre les bactéries. Pendant de très longues années, pendant et surtout après la Seconde Guerre Mondiale, ils ont été utilisés à tort, à trop forte dose ou au contraire, à dose trop faible créant de nouvelles résistances chez les bactéries ou en faisant une sélection naturelle des plus résistantes.

Le premier antibiotique est la pénicilline qui a été découvert par Alexander FLEMING en 1928 à son retour de vacances, par hasard. En effet, son laboratoire a été infesté par un champignon microscopique, le Penicillium Notatum, rendant ses cultures inutilisables. Mais avant de les jeter, il les examina et découvrit que les staphylocoques ne se reproduisaient pas à proximité du champignon.

Cette découverte entama de nombreuses recherches permettant aujourd'hui d'avoir la connaissance d'un panel de plus de 10 000 molécules antibiotiques dont une centaine utilisées pour la médecine.

Malheureusement, lorsqu'un antibiotique est utilisé trop longtemps pour rien ou pour n'importe quel problème (grippe par exemple), les bactéries acquièrent de nouvelles défenses qui s'inscrivent dans leur code génétique. Ainsi, lorsqu'elles se multiplient, seules les bactéries résistantes survivent rendant l'antibiotique inefficace. C'est particulièrement le cas pour le staphylocoque doré dont la plupart des antibiotiques sont aujourd'hui complètement inutiles.

Certaines bactéries sont naturellement résistantes et peuvent transmettre cette résistance à une autre bactérie. C'est le rôle des plasmides porteurs d'un ou plusieurs gènes de résistance qui sont échangés lors de la conjugaison de deux bactéries.

La résistance aux antibiotiques peut s'exprimer au travers de plusieurs mécanismes :

  • production d'une enzyme modifiant ou détruisant un antibiotique,
  • modification de la cible de l'antibiotique,
  • imperméabilisation de la membrane de la bactérie.

Les antibiotiques deviennent un vrai problème de santé publique d'où les campagnes pour diminuer leur utilisation orchestrées par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

La lutte contre l'antibiorésistance est lancée et plusieurs moyens sont à l'étude :

  • utilisation des phages (virus tueurs de bactéries),
  • modifier d'anciennes molécules pour qu'elles soient de nouveau efficaces face aux bactéries devenues résistantes,
  • créer de nouvelles molécules de synthèse,
  • maîtriser les antibiotiques,
  • limiter le transfert de bactéries résistantes entre individus (hygiène, lavage des mains...),
  • évaluer la résistance de la bactérie avant d'administrer un antibiotique (antibiogramme).
Les Bactéries !Les Bactéries !

Antibiogramme

L'antibiogramme est une méthode de recherche permettant de tester plusieurs antibiotiques contre une bactérie qui a été mise en culture.

L'antibiotique efficace est celui qui stoppera la prolifération bactérienne dans le milieu.

Les Bactéries !

Pour aller plus loin

Voilà, c'est tout pour le moment sur les bactéries, j'espère vous avoir fait découvrir de nouvelles choses, comprendre un plus ce qui nous entoure même si la plupart des choses sont invisibles à nos yeux.
N'hésitez pas à aller consulter d'autres articles sur le blog et à me donner votre avis.
Si vous avez des idées de sujet, je suis partant !
Bonne journée à tous, bonne fin de week-end et à bientôt ;-)

Commenter cet article

Archives

Articles récents